Voici une sortie de vision de presse pour laquelle je vous avoue avoir eu un énorme coup de cœur ; il s’agit du film polonais « Cold War » qui, certainement, se retrouvera au palmarès samedi soir. Le réalisateur Pawel Pawlikowski a une capacité énorme de synthèse. En un plan, il nous raconte 20 minutes de film, en seulement 1h30, il nous relate une magnifique histoire d’amour où rien ne manque. Aucune faiblesse scénaristique, une photographie en noir et blanc époustouflante, une reconstitution du Paris bohème et de la Pologne des années 50 précise, une fin avec une symbolique de l’image qui vous donne des frissons. A coup sûr, « Cold War » sera mon coup de cœur de l’édition 2018.

Le nom qui revient le plus souvent pour l’instant sur toutes les lèvres, c’est Godard. On attend le dernier Godard, que peut-il bien venir nous présenter dans « Son livre d’image » en compétition demain ? Avis et verdict ce vendredi.

Que de changements pour cette 71é édition du Festival de Cannes !

Après l’histoire des projections de presse qui auront lieu soit après la projection officielle, soit en même temps, nous avons appris que les selfies étaient strictement interdits sur le tapis rouge... Et tant mieux aurions-nous envie de dire. Il a donc été décidé par les organisateurs du Festival de faire la "chasse" aux selfies car, je cite Pierre Lescure, Président du Festival "c'est moche !" mais ce n'est pas l'unique raison. En effet, la prise de selfies retarde considérablement la Montée des Marches qui doit se faire rapidement. N'oublions pas que la salle a une capacité de 2200 places et faire monter autant de monde en 20 minutes et plusieurs fois sur la journée, c'est sûr qu'il ne faut pas trainer. Ceci dit, cette interdiction ne concerne pas l'équipe du film. N’oublions pas non plus que le Festival de Cannes est le seul festival au monde qui accepte le public sur le tapis rouge. Les autres festivals font passer le public sur le côté du tapis réservé uniquement aux stars.

A ce sujet, nous avons très simplement questionné le responsable de la sécurité en bas des Marches : « Et si quelqu’un ne respecte pas cette consigne, que se passe-t-il ? » Sa réponse a été sans appel : « Dans un premier temps, nous lui demandons d’arrêter de faire des photos et si la personne n’obtempère pas, nous irons jusqu’à l’inviter aimablement à quitter le tapis rouge. »

Après avoir assisté à la cérémonie officielle de l’édition 2018 en salle de presse, direction salle Lumière pour la projection du film d’ouverture « Everybody Knows » d’Asghar FARHADI, une œuvre dramatique avec Javier Bardem et Penelope Cruz.

 


C’est Edouard Baer qui est le maître de cérémonie. Un rôle qu’il connait bien vu qu’il avait déjà endossé le costume pour l’édition de 2008 et 2009.

Aujourd’hui, nous avons rencontré l’équipe du film « Everybody Knows » d’Asghar Farhadi avec Penelope Cruz et Javier Bardem. Une œuvre acceptée assez froidement par la presse internationale.

 Copyright photo : Thibaut Demeyer

"Je viens à Cannes depuis des années comme actrice, comme productrice, pour les soirées de gala et pour les séances en compétition, pour le marché même. Mais je ne suis encore jamais venue pour le seul plaisir de profiter de la corne d'abondance de films qu'est ce grand Festival. Le privilège que l'on me fait de me demander de présider le jury et la responsabilité qui sera la mienne m'emplissent d'humilité. Cannes joue un rôle majeur dans l'ambition du monde de mieux se connaître en racontant des histoires, cette tentative étrange et vitale que tous les peuples partagent, comprennent et désirent ardemment."